Légumes vivaces d’automne, à cultiver sans se fatiguer

Voici trois des légumes vivaces d’automne que nous avons en culture. Au potager, ils offrent le grand avantage de fournir des légumes délicats sans entretien majeur ni effort au printemps. Leur caractéristique dit tout, ils sont vivaces!!!. Ils sont aussi la base d’un potager en permaculture.

Les légumes vivaces que je vous présente, sont parfaitement adaptées aux conditions hivernales du Canada. Contrairement aux légumes annuels ou tropicaux (tomates etc), ils demandent peu entretien et n’ont pas besoin d’être replantés chaque année. Ils arrivent en fin de saison, soit à un moment ou le jardin s’est beaucoup vidé et offre moins de variétés.

Crosnes du Japon

Un légume délicat digne des plus grands restaurants dans mon assiette.
D’Origine japonaise, il souffre de sa réputation d’envahisseur et de son nettoyage fastidieux. Dommage, il est très facile à cultiver. Ensuite, je trouve au premier défaut bien des avantages : chaque automne vous pouvez piller votre talus de crosnes sans crainte.  Ensuite pour le laver, j’utiliser la fonction jet du robinet et cela fonctionne très bien. Pas besoin de la brosse à dent ultra souple pour nettoyer les interstices des crosnes.
Et pour ceux qui ne connaissent pas : https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Crosne_du_Japon
    Crosne du Japon : Stachys affinis

La patate en chapelet

On l’appelle aussi glycine tubéreuse ou de son nom scientifique apios americana.
On mange son tubercule et son haricot. Au Canada, elle s’arrête au stade de fleurs qui sont d’ailleurs très belles tandis que plus au sud la plante a suffisamment de temps chaud pour former des haricots.
Comme tous les légumes vivaces, aucun effort à fournir pour son entretien. Seuls des tuteurs sont à prévoir pour lui permettre de grimper et ainsi profiter de la beauté des fleurs.
Les patates que l’on récupère après les premières gelées sont très nourrissantes. Cette assiette nourrit une famille ou presque. Elles ont peu le goût du tarot et aussi sa texture. A essayer absolument. Cuisson vapeur, tout simplement.
         

Le topinambour !

Je l’adore car il a un léger goût d’artichaut.
Il a aussi un peu mauvaise réputation car il contient de l’inuline. Et celle-ci peut provoquer un peu de météorisme (en plus claire, cela fait péter) chez les intestins fragiles. Pour éviter cet inconvénient qui casse les soirées romantiques, faites cuire le topinambour dans deux eaux. A la vapeur, cela marche aussi très bien. Et vous profiterez de la saveur subtile de ce légume qui pousse tout seul en plus de faire de belles fleurs.
 Jardinage - Plan du site